Par le Docteur Julia Gotlib

En combinant chirurgie des paupières et injections de fillers, vous pourrez obtenir des résultats optimums.

La chirurgie des paupières est le premier acte de chirurgie esthétique du visage en France et dans le monde.

On a tendance à penser qu’après la réalisation de la chirurgie, qu’elle concerne les paupières supérieures ou inférieures, le regard va rester rajeuni pour de nombreuses années, comme protégé du vieillissement. Or, les résultats les plus pérennes sont ceux qui ont été non seulement préparés à la chirurgie, mais aussi entretenus régulièrement grâce à la médecine esthétique. Comment ? Voici un tour d’horizon des techniques ayant démontré leur efficacité.

Pourquoi préparer la cicatrisation avant la chirurgie ?

On revoit son mode de vie : stress, alcool, alimentation. Le premier facteur d’agression à supprimer est le tabac, ses effets délétères sur la cicatrisation ne sont plus à prouver. Une peau nourrie, hydratée, est une peau qui résistera mieux aux transformations de la chirurgie, et cicatrisera plus rapidement.

Quelques mois avant l’intervention, un traitement de revitalisation de la peau du contour de l’oeil, de type mésothérapie et boosters cutanés, va permettre, en plus d’atténuer les fines ridules et d’augmenter l’éclat, d’apporter les nutriments et vitamines nécessaires à la régénération de la peau. Ces traitements vont pouvoir agir en amont de la production de collagène, et renforcer la structure des tissus.

L’acide hyaluronique, lorsqu’il est injecté plusieurs semaines ou mois avant la chirurgie, va améliorer la qualité de peau et donc booster la réparation, par ses capacités d’hydratation des tissus cutanés et sous cutanés.

Enfin, la toxine botulique est un excellent moyen de relaxer les muscles avant une intervention chirurgicale, ce qui va permettre une cicatrisation en douceur, sans tension musculaire liée aux mouvements. L’injection de toxine botulique va également permettre d’ouvrir le regard et de positionner le sourcil dans l’orientation souhaitée, et donc d’adapter la chirurgie en créant un « effet toxine » au long cours.

Ainsi, ces traitements pré-opératoires vont permettre de faire le lit de la cicatrisation à venir.

En combinant chirurgie et médecine esthétique : des résultats toujours plus naturels

Comment prolonger les résultats après la chirurgie ?

Il est essentiel, afin de prolonger les résultats de la chirurgie du regard, d’entretenir les tissus de la région péri-orbitaire.

Après une chirurgie des paupières supérieures, les contractions répétées du muscle orbiculaire de l’oeil, ce muscle responsable des rides de la patte d’oie et de la chute de la queue du sourcil, vont contribuer à l’accélération du vieillissement de la région. En détendant régulièrement ce muscle grâce aux injections de toxine botulique, nous pouvons observer un effet positif immédiat, mais aussi à long terme en ralentissant les effets négatifs sur le regard de l’hypertonicité de ce muscle.

Le résultat de la chirurgie des paupières inférieures, qu’elle concerne les poches ou l’excès de peau, voire les deux, va également pouvoir être préservé par des injections d’acide hyaluronique au niveau des paupières, du cerne, de la vallée des larmes.

Bien évidemment, une bonne qualité de peau après la chirurgie est essentielle à cultiver. Afin d’obtenir et de conserver une belle cicatrice, dans un premier temps, cap sur les dernières générations de cosmétiques et la photomodulation par lampe LED. Puis la poursuite des injections d’acide hyaluronique et de la mésothérapie favorise la préservation de tissus hydratés et éclatants, ainsi que le maintien des volumes.

La chirurgie, à elle seule, va corriger un bon nombre d’imperfections liées au vieillissement ; mais en la combinant avec des traitements médicaux mis en place avant et après l’intervention, la qualité de la peau, la cicatrisation des tissus et la durée des résultats s’en trouvent formidablement améliorés.


Docteur Julia Gotlib  Retrouvez nos articles sur la médecine anti-âge avec nos experts

Le Dr Julia Gotlib est chirurgien cervico-facial, spécialisée en chirurgie esthétique du visage et médecine esthétique à Nice. Elle s’est formée à l’université UCDavis (Californie, USA), et enseigne l’anatomie et les techniques d’injections de toxine botulique et de produits de comblement à l’université de Nice.