Article rédigé par le docteur Claude Dalle pour notre partenaire Anti-âge Magazine.

shutterstock_129449231

Les analyses de la biologie humaines ont beaucoup évolué depuis quelques années. Elles constituent une part très importantes de ce que nous pouvons apprendre sur nous mêmes, pour aller mieux, pour comprendre les dialogues que nos organes échangent en silence, à notre insu, mais aussi pour prédire et prévenir notre santé.

La métabolomique

La tendance est de savoir ce qui se passe à l’intérieur de la cellule, tant sur le plan des productions cellulaires que sur les enzymes. Par exemple, quand une enzyme transforme une molécule en une nouvelle, il est intéressant de connaitre son activité, c’est a dire d’évaluer la quantité de la nouvelle molécule qui va être produite.

Les progrès de la technologie nous permettent maintenant de connaitre cette machinerie cellulaire. On pénètre dans l’intimité de nos cellules. C’est ce qu’on appelle la métabolomique, l’étude globale de toutes les petites molécules produites dans le corps humain. Ces métabolites sont les marqueurs grâce auxquels on pourra obtenir des diagnostics plus précoces et précis. Elles sont produites par les protéines qui, ensemble, prennent part aux réactions et aux processus biochimiques vitaux à l’intérieur de la cellule.

Ceci est possible grâce a de nouveaux appareils comme les spectrophotomètres de masse. On peut de fait analyser différents fluides du corps : le sang, les urines, la salive, les selles et depuis peu notre haleine.

Chacun de ces fluides apportent un type de renseignements un peu comme dans une enquête policière. Recouper les données de plusieurs fluides se révèle parfois très instructif et intéressant, éclaire mieux une pathologie ou permet de prévenir beaucoup plus finement ce qui pourrait se passer, et donc d’anticiper, de prédire, donc de prévenir.

  • Les analyses sanguines ne reflètent que ce qui se passe dans le sang mais pas ce qui se passe dans les organes et peuvent être complètement différentes (par exemple un taux d’hormone dans le sang n’est pas celui dans le sein ou la prostate).
  • Le sang doit maintenir une stabilité permanente, appelée homéostasie ; ceci cache les fluctuations qui existent ailleurs dans le corps, où n’existe pas forcément cet homéostasie.
  • Une prise de sang nous dit ce qui a lieu à une heure précise, comme une photo ; on y voit une production instantanée.
  • Une prise d’urine peut par exemple nous indiquer ce qui se passe en 24h, un peu comme un film ; on peut voir une production globale journalière.

La biologie a fait des avancées dont nous pouvons et devons bénéficier facilement.

Ces avertisseurs de notre santé nous permettent de mieux participer à notre santé, et d’en être des acteurs, vigilants et performants ; ainsi nous nous porterons mieux, nous sentirons bien, et pourrons prévenir l’avenir, à moindre cout pour la société, tout en restant plus actif.

En savoir plus sur le Docteur Dalle

Dr Claude Dalle : Auteur de « Comprendre ses analyses médicales » aux éditions. Alpen

Diplômé d’acupuncture, mésothérapie, hypnose Ericksonienne. Conférencier international, chargé de cours à la faculté de Médecine de Paris. Directeur scientifique de congrès. Président de la WOSIAM (World Society for Interdisciplinary Anti-Aging Medecine). Président Fédération Européenne de l’Age Actif. Membre de l’International Hair Research Society. Livres : « Anti-Aging : the guide », « Les traitements anti-âge », « Peau et anti-âge ».